REPORTAGE. Au Burkina Faso, le « monde d’après » est bio

Au milieu des terres arides, crevassées par le soleil du Sahel, les plantations de concombres, de fraises et de pommes de terre de la ferme des Belemgnegre offrent un horizon verdoyant. On y trouve des arbres fruitiers, un champ de riz, un poulailler et même une étable. On a tout ici, au fil des saisons ! résume fièrement Razack Belemgnegre, en sillonnant les allées de sa ferme de deux hectares de Roumtenga, un village proche de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

Ce cultivateur de 30 ans dirige « Béo-neere » (« avenir meilleur » en moré), une association de promotion de l’agroécologie et de formation des paysans. Ici, pas d’intrants importés, la ferme fabrique ses propres semences et engrais, à partir du fumier et du compost. Un modèle d’autosuffisance alimentaire et d’agriculture durable depuis 2013.

Lire la suite sur https://www.ouest-france.fr/monde/b...

Annonces

Maîtrisez les enjeux du développement pour un meilleur impact
Bourses (...)

Cher-es ami-es,
Je viens de publier à l’Harmattan, Paris, sur la base de ma (...)

Focus

L’association Nabonswendé existe depuis une quinzaine d’années dans le village (...)

L’association WEND RAAB de Toéghin (commune rurale de la province du (...)