Awesome Logo

L’association « Tié-Ta-Tol », basée au secteur N°2 de Dano, chef-lieu de la province du Ioba, s’est donnée pour objectif d’améliorer les conditions socioéconomiques de ses membres. Cette recherche de bien-être se fait à travers plusieurs activités que l’association mène au profit de la communauté locale.
Photo1
Partie de l’Union des Comités pour le Développement des Peuples dans les années 1980 avec pour but de réunir les peuples de la région autour de la question du développement local, l’association prendra le nom de « Tié-Ta-Tol » à partir des années 1998
Ce changement d’appellation s’accompagne d’une réorientation des objectifs et activités du groupe. Ainsi, la structure va plus se focaliser sur les questions liées à l’agriculture familiale à travers son « programme inter-village » qui va permettre la réalisation de diguettes au profit de ses membres et la sensibilisation de la communauté à l’agroécologie. Les activités menées sont entre autre l’alphabétisation en langue locale mais aussi l’aviculture et la transformation du beurre de karité ainsi que la production du savon.
Photo2
« Tié-Ta-Tol » couvre onze (11) villages de la région du Sud-Ouest avec 330 membres actifs et engagés. Depuis 2016, l’association a réussi à former tous les villages membres aux pratiques de l’agroécologie. Cela a été rendu possible grâce à leur partenariat avec le Comité Français pour la Solidarité International (CFSI) à travers le programme PAFAO.
Photo3
« Tié-Ta-Tol », intervient dans la promotion de la femme dans la communauté locale, elle compte 46% de femmes et l’unité de fabrication de savon est entièrement gérée par le groupe de femme.
Photo4
Tout comme la majeure partie des associations, « Tié-Ta-Tol » est confrontée à la difficulté de recouvrement des cotisations et à l’insuffisance des ressources financières mais aussi humaines de qualifiées.
Photo5
Bénéficiaires des sessions de formation du PA-EESSA, les participants de « Tié-Ta-Tol » trouvent très pertinents et nécessaire les modules dispensés car cela leur a permis déjà de revoir plusieurs paramètres de la gestion de leur structure. M. HIEN, animateur endogène en agroécologie de l’association soutient que « depuis notre retour de la première session de formation, nous avons compris la nécessité de faire des rapports de chaque rencontre mais aussi nous pensons à asseoir une comptabilité solide pour notre association ».

Pour l’équipe du PA-EESSA
GUIRE Marc Adama
Assistant local

Dans la même rubrique

Logo Image

Un premier forum sur la responsabilité sociétale des entreprises à Auray

Un premier forum sur la responsabilité sociétale des entreprises à Auray

Logo Image

Les entreprises de l’ESS, actrices clés d’une réussite durable pour les Jeux Olympiques et (...)

Les entreprises de l’ESS, actrices clés d’une réussite durable pour les Jeux Olympiques et Paralympiques

Logo Image

Plus de 500 entreprises du secteur de l’ESS mobilisées pour faire des Jeux Olympiques et Paralympiques une (...)

Plus de 500 entreprises du secteur de l’ESS mobilisées pour faire des Jeux Olympiques et Paralympiques une réussite sociale et environnementale

Logo Image

L’ESS fait alliance pour lutter contre la marchandisation du réemploi

L’ESS fait alliance pour lutter contre la marchandisation du réemploi

Logo Image

INDH/Meknès : 83 projets approuvés entre 2021 et 2023 pour le développement de l’économie sociale et (...)

INDH/Meknès : 83 projets approuvés entre 2021 et 2023 pour le développement de l’économie sociale et solidaire

Logo Image

Faire de l’ESS un pilier du partenariat Europe-Afrique

Faire de l’ESS un pilier du partenariat Europe-Afrique

Logo Image

Économie sociale et solidaire : 10 ans de reconnaissance juridique

Économie sociale et solidaire : 10 ans de reconnaissance juridique

Logo Image

Comment Brocéliande communauté veut développer l’économie sociale et solidaire

Comment Brocéliande communauté veut développer l’économie sociale et solidaire